Trouver des avantages

Le lundi matin j’ai yoga. Et autant vous dire qu’au yoga, le lundi matin les teintes grisonnantes sont plus courantes que les bruns intenses, les roux flamboyants ou les blonds dorés.
Au yoga on s’installe en U autour du prof, un peu comme au lycée mais comme il y a de plus en plus de monde, ça se complique. Alors on a fait un petit U dans le grand U. Certains se retrouvent la tête a quelques centimètres du prof et les pieds à quelques centimètres d’une tête inconnue. Si en me lisant vous commencez à vous sentir un peu à l’étroit c’est normal, nous aussi. C’est plutôt inconfortable.

Donc tout le monde a commencé à arriver un peu plus tôt pour ne pas être au centre du U et puis encore un peu plus tôt. Aujourd’hui il faut arriver avec 15 minutes d’avance, se presser à l’entrée et ne surtout pas laisser sa place, se précipiter lorsque les portes s’ouvrent pour laisser sortir le groupe précédent et se faufiler au milieu, traverser la salle tout en enlevant son manteau et ses shoes, faire un lancer de chaussures au fond du vestiaire, étaler son tapis ou sa serviette de yoga à la première place libre et ouf enfin on peu souffler, on a une place extérieur premier choix ! Ok j’exagère un tout petit peu pour le lancer de chaussures mais pour le reste, ça se passe comme ça. J’ai même vue une personne se glisser et s’installer entre deux autres qui étaient déjà assez serrées, les obligeant à se pousser, pour ne pas être au premier rang.
Évidemment, moi j’arrive toujours dans les dernières, j’ai bien essayé de participer à cette course au début mais quoi que je fasse j’arrive trop tard pour avoir une super place. Par facilité j’ai laissé tombé, mais pas sans râler intérieurement d’être toujours au centre du U.
Et puis ça a changé, d’abord il y a eu les écureuils. Petites boules de poils roux que j’ai entraperçu se faufilant dans les branches. La première fois j’étais debout sur un pied dans une position d’équilibre quand je les ai vue passer d’un côté et de l’autre d’un tronc au dessus de moi. Parce qu’ on a une belle vue sur les branches quand on est au premier rang. Ensuite il y a eu les rayons de soleil des fenêtres du fond qui à cette heure là réchauffe uniquement le petit U. C’est agréable une place au soleil. En ce moment il y a les fleurs de marronnier qui sont magnifique.
Et puis je vois bien que même si ce n’est pas confortable ça me demande beaucoup moins d’efforts qu’aux autres, que je suis encore bien plus « adaptables » et c’est une bonne chose. Alors j’ai un peu l’impression de leurs rendre service en me mettant devant, je suis presque leur héroïne.
Enfin j’aime bien cette petite salle et je serais peiné de devoir la quitter pour une question de place.
Alors voilà je m’aperçois que j’ai de la gratitude pour ce moment de Yoga, cette petite salle, les rayons de soleil, les écureuils, et les teintes grisonnantes…

Très très souvent dans le bien-être, le développement personnel, et beaucoup de disciplines autour il y a cette fabuleuse idée… Cette idée qui dit tout simplement qu’il est bénéfique d’essayer de voir le positif dans toutes les situations mêmes celles qui ne semblent pas l’être.
Et plus encore, allons beaucoup plus loin, il serait bon d’avoir de la gratitude pour ce que l’on a même si ce n’est vraiment pas terrible.
Dans la théorie ce concept est tellement positif et tellement merveilleux, mais dans la « vraie vie »…
Essaie de t’extasier de gratitude devant ton compte en banque au solde indéfiniment négatif en te disant que tu es heureux d’avoir acheté quelque chose, devant le vomi du chat sur le tapis in-nettoyable en te disant que tu as de la chance d’avoir un tel compagnon poilu, devant la montagne de vaisselle dans l’évier en te disant que c’est tellement bien de pouvoir manger ce que tu cuisine, etc…
Depuis tout petits on nous a bien plus appris à nous plaindre qu’a chercher le positif ou exprimer de la gratitude et cette démarche est loin d’être innée pour la plus part d’entre nous.
Personnellement j’ai encore un long chemin à faire avant d’y arriver mais je l’intègre progressivement dans mon quotidien

Share: